Histoires d'erreurs judiciaires : Carlos DeLuna exécuté en 1989 aux USA

Carlos DeLuna (1962 - 1989) était un Américain qui fut exécuté par l’État du Texas pour le meurtre d'une pompiste de 24 ans dans la soirée du 4 Février 1983. Depuis l’exécution de DeLuna par injection létale en 1989, des doutes ont été soulevés quant à sa culpabilité. Le véritable coupable serait un sosie…

Une enquête publiée par le Columbia Human Rights Review Law en mai dernier a renforcé les preuves d'innocence en détaillant une grande quantité de faits suggérant que le véritable meurtrier était Carlos Hernandez, un sosie qui vivait dans un quartier voisin.

Accéder au dossier complet de la Columbia Human Rights Review Law

Le crime
DeLuna a été accusé d'avoir tué une pompiste, 24 ans, Wanda Lopez, dans la soirée du 4 Février 1983, à Corpus Christi, au Texas. La jeune femme est morte de plusieurs coups de couteau juste après avoir appelé 911 (la police) pour signaler une personne suspecte qui s'est avérée être son assassin. Le crime parut particulièrement insensé parce que, selon la bande du 911, Lopez semblait donner son agresseur l'argent au moment où elle a été poignardée, en disant "Vous le voulez ? Je vais vous le donner. Je vais vous le donner…"

Des témoins oculaires
Deux témoins oculaires assistèrent au crime. Le premier, Kevan Baker, s'était arrêté pour faire le plein. Comme il approchait du bureau pour demander à l'opérateur d'activer les pompes, il vit un homme mal rasé dans une chemise de flanelle aux prises avec Lopez  à l'intérieur de magasin de la station d'essence. Il la tirait par les cheveux pour l’emmener dans une remise. Se voyant repéré, l'homme lâcha sa victime et sortit de la station pour se retrouver face-à-face avec Baker. L’homme lui dit « Ne me cherche pas » et s’enfuit. La direction exacte vers laquelle il fuit  fut une source de débats contradictoires selon les divers rapports. Dans son rapport de police, le sergent Fowler écrit que Baker lui avait dit que le criminel «  a couru à l'est du magasin » alors que Baker a témoigné au procès que l'attaquant  « a couru en direction de l'est ». D'autre part, le rapport du sergent Olivia Escobedo indiquait que Baker avait dit « l'homme a fui devant la station ».  L’enregistrement radio de la police précisait, lui, que  le suspect était « à pied en direction nord, à l'arrière de la boutique ».  La police a également fait état ​​de plusieurs autres passants en disant qu'ils avaient vu un homme « en fuite à l'arrière du magasin ». Baker raconta ensuite avoir vu Lopez sortir de la station en gémissant « aidez-moi, aidez- moi » avant de s’effondrer sur le sol.

Le deuxième témoin était George Aguirre. Il faisait le plein vers  20 heures  quand il vit un homme debout juste à l'extérieur du magasin de la station, vêtu soit d’un pantalon bleu et d’un T-shirt à manche longue ou bien d’un pantalon sombre et d’une chemise blanche à manches retroussées. L'homme buvait de la bière et jouait avec un couteau identique à celui utilisé pour tuer Lopez. Nerveux à cause du couteau, Aguirre regardait l'homme de près pendant qu’il faisait le plein. L'homme s'approcha et demanda à Aguirre de l’emmener au Club Casino, un bar local. L'homme lui offrit de payer pour la course et montra à Aguirre un portefeuille noir contenant quelques billets. Aguirre déclina la proposition et quand il est alla à l'intérieur pour payer son essence, il dit à Lopez, la caissière future victime, d'appeler la police. Au moment où Aguirre retournait à sa camionnette, il vit l'homme se diriger vers le magasin de la station et partit. Il se retourna et vit l'homme et Lopez qui luttaient à l'intérieur du magasin. Aguirre s’arrêta  dans un bowling proche et demanda à un vigile d'appeler la police. Il retourna à la station à peu près au moment même où la police arrivait. Aguirre identifia DeLuna ce soir-là comme étant l’homme qu'il avait vu avec le couteau. On ne lui demanda pas d’identifier DeLuna au procès.

À peu près au même moment, John et Julie Arsuaga entraient dans un club voisin quand ils virent un hispanique venant de la station qui courait vers l'est. Les deux témoins identifièrent  DeLuna au procès comme étant l'homme qu'ils avaient vu s'enfuir de la station d'essence.

Arrestation
La police arriva peu de temps après l'appel de Lopez. Le trafic radio de la police décrivant la chasse à l'homme révéla une recherche chaotique, avec des policiers qui poursuivaient plusieurs pistes vers différents endroits avec des descriptions diverses de suspects. La police finalement trouva DeLuna, 30-40 minutes après le crime. Il se cachait à quelques pâtés de maisons de la station sous un camion stationné. Bien que c’était une nuit froide Février, il n’avait ni chaussures ni chemise et était couché dans une flaque d'eau. La police le sorti et trouva sur lui un portefeuille noir contenant des billets de banque dans la poche arrière de son pantalon sombre.

En dépit d’une scène de crime extrêmement sanglante, aucune tâche de sang ne fut jamais retrouvée sur Carlos DeLuna.

Enquête préliminaire au procès
La police mis DeLuna sur le siège arrière d'une voiture de patrouille et l’amena sur la scène du crime pour une confrontation. Après quelques hésitations, Baker et Aguirre identifièrent DeLuna, qui se trouvait dans la voiture de police, comme étant l'homme qu'ils avaient vu attaquer Lopez attaque. Interrogé en 2004, Baker dit à l'équipe de l’Université de Columbia qu'il n'était sûr qu’à « soixante dix pour cent» que l'homme dans la voiture de police était l'homme qu'il avait vu fuir le magasin. Il a également dit qu'il essayait de faire très attention lors de l'identification de l'homme parce que «C'est la vie d'un être humain» et «il est difficile d’identifier des latinos. Les Arsuagas eurent trop peur de donner leur avis à chaud, mais l’identifièrent plus tard au procès.

Au moment de son arrestation, DeLuna avait des traces fraîches de griffures d’ongles au bras droit et au visage et il était mal rasé. Selon lui ces traces furent faites lors de son arrestation.

Deux jours après le crime, un propriétaire voisin de la scène de crime trouva des chaussures blanches et une chemise blanche sur sa propriété.  Des tests médico-légaux ne trouvèrent aucune trace de sang sur ces éléments.

Avant le procès, DeLuna  fut examiné par deux psychiatres pour déterminer s'il était responsable de ses actes. DeLuna leur dit qu'il n'avait aucun souvenir d'avoir été arrêté et qu'il avait une amnésie totale sur cette nuit là.

Le procès
L’avocat désigné d’office, Hector De Pena, Jr., était le fils d'un juge local et n’avait  jamais défendu un accusé devant un jury sur une accusation en matière pénale. Il était assisté d’un avocat plus aguerri, Jimmy Lawrence.

DeLuna témoigna pour sa propre défense et les minutes du procès rapportent :

« Il a passé le début de soirée avec ses deux sœurs, Mary Ann Perales et Linda Perales. Un homme du nom de Carlos Hernandez s'est approché d'eux. DeLuna ne l’avait pas reconnu pas de prime abord mais après lui avoir parlé il s'est rendu compte qu'ils s'étaient connus enfants. DeLuna a témoigné qu'il portait une chemise bleue, pantalon noir et des chaussures noires. Par la suite, DeLuna et Hernandez sont allés dans un bar nommé Wolfy situé juste en face de la station-service. Hernandez a dit qu'il allait à la station pour acheter quelque chose, alors DeLuna a commandé en attendant une bière chez Wolfy. DeLuna  a commencé à se demander pourquoi Hernandez prenait tant de temps, et il est sortit de chez Wolfy afin de voir ce qui se passait. DeLuna a été témoin de l’attaque de Hernandez contre Lopez. Craignant que des personnes puissent l’impliquer, DeLuna a commencé à s’éloigner sur Dodd vers Nemec ( NDLR,  pas dans la même direction que celle où les Arsuagas ont vu un homme s'enfuir). Lorsque DeLuna a entendu les sirènes, il a commencé à courir. Il a témoigné que sa chemise s’était déchirée en escaladant une clôture ».

En contre-interrogatoire, DeLuna a admis qu'il était un criminel condamné à deux reprises et qu'il avait menti aux psychiatres qui l'ont examiné. Il ne fut pas capable de reconnaître Hernandez sur une photo qui lui avait été présentée.

Le ministère public démontra que
-  l'une des soeurs qui DeLuna qui affirmait avoir été à cette soirée, Mary Anne Perales, gardait en fait son enfant
-  DeLuna a menti à son officier probatoire concernant cette journée
-  DeLuna fréquentait le Club du Casino.

Après avoir délibéré pendant quatre heures et demie, le jury a déclaré DeLuna coupable d’assassinat. Lors de la phase de discussion de la peine, le ministère public présenta une preuve que DeLuna avait commis deux tentatives de viol. Cette accusation pris les avocats DeLuna par surprise qui ne purent défendre avec suffisamment d’élément leur client. Le jury délibéra pendant six heures avant de décider que DeLuna pouvait récidiver. Le juge le condamna alors à la peine capitale.

Les investigations ultérieures
L'équipe de l'Université de Columbia a pointé les nombreuses divergences entre les différents comptes -rendus radio,  manuscrits, oraux relevés et les différents témoignages lors du procès :

Sur la tenue de l’agresseur

- Baker qui s’était retrouvé face à face avec l’agresseur dit à la police que le suspect était vêtu d'une chemise de flanelle de couleur claire sous un sweat-shirt gris et d’un pantalon foncé.

- Les Arsuagas de leur côté ont vu  un homme portant une chemise blanche déboutonnée sortie du pantalon avec des manches longues retroussées et un pantalon sombre style uniforme.

- Aguirre, quant à lui, dit à la police que l'homme qu'il avait vu avec le couteau portait « une chemise blanche (manches longues), hors du pantalon et un pantalon foncé »

Sur la direction de sa fuite

- Le message d'alerte la police faisait état d'un suspect qui allait « en direction nord à pied, à l'arrière du magasin ». D'autres personnes du coin rapportèrent également  à la police qu'ils avaient vu un homme courir vers le nord.

- L’homme qu’ont vu les Arsuagas, se dirigeait vers l’est.

Sur les signes distinctifs

- Baker a indiqué que le suspect avait une moustache et une barbe naissante dune dizaine de jours.

- Les Arsuagas, eux, ont vu un homme rasé de près.

Les chercheurs de Columbia University chercheurs ont montré des photos prises dans les années 80 de Carlos DeLuna et de Carlos Hernandez à de nombreux membres de leur famille ou à de connaissances. Beaucoup de ces gens furent incapables d'identifier correctement les deux hommes.

Dans une interview dans couloir de la mort, DeLuna déclara à un journaliste des nouvelles locales « J'étais là quand quelqu'un d'autre a fait ce qu'il a fait, vous savez. Mais je ne veux donner aucun nom ».

En Juin 2006, le Chicago Tribune a publié une série de reportages d'enquête qui ont examiné l’hypothèse que DeLuna fut peut-être été condamné par erreur .

De nombreuses recherches complémentaires sur le cas ont été publiées en mai 2012 par la Columbia Human Rights Review Law. Leur long rapport est basé sur six années de recherche par professeur de droit et la lutte contre la peine de mort défenseur James Liebman et 12 étudiants de la Columbia Law School à New York. Leur équipe a épluché le dossier, interrogé plus de 100 témoins et a étudié jusqu'à 900 fichiers sources. Les deux enquêtes ont travaillé sur l’hypothèse qu'un autre homme, Carlos Hernandez, avait commis le crime. La police n'avait pas enquêté sur Hernandez, et lors du procès, le procureur Steve Schwietz avait ironisé sur cet Hernandez «fantôme» que DeLuna avait été incapable d'identifier à partir de photos d'identité lui ayant été présentées. Selon une sœur de DeLuna, même ses avocats ne croyaient pas à cette histoire de Carlos Hernandez. Alors que selon le Chicago Tribune « Non seulement il était [Hernandez] bien connu de la police dans cette ville comme un criminel violent, mais le co-procureur au procès de Luna et le détective principal dans l'affaire Hernandez le connaissaient parfaitement. Les jurés ne furent pas mis au courant ».

Cependant, le Chicago Tribune et les équipes de Columbia University découvrirent de nombreux détails sur ce fameux Carlos Hernandez. Ce dernier est mort d'une cirrhose dans une prison du Texas en 1999, et c’était un criminel de longue date vivant dans le même quartier et avait des antécédents de voies de fait sur ​​les femmes, d’attaque de stations-service et de port illégal de couteaux. Carlos Hernandez était  également connu pour être un habitué du club Casino.

L'équipe de Columbia a trouvé des gens qui connaissaient Hernandez qui se vantait d’avoir assassiné Lopez et fait porter le chapeau à DeLuna.

Le rapport de Columbia pointe les nombreux cas dans lesquels Hernandez a été arrêté en possession d'un lock-lames, des couteaux semblables à celui utilisé pour tuer Lopez. En revanche, Carlos DeLuna n'a jamais été arrêté en possession d'un couteau au moment. Le rapport pointe également les problèmes liés à l’identification par Baker, la préservation de la scène du crime, l'échec par le ministère public de divulguer des preuves à décharge, et la représentation DeLuna par un avocat surmené et inexpérimentés.

Enfin, le frère de Wanda Lopez, Richard, a publié une déclaration en Juin 2006 en disant : « Après avoir soigneusement examiné les informations récemment apportées par Steve Mills et Maurice Possley dans le Chicago Tribune, je suis convaincu que Carlos DeLuna n'a pas tué ma sœur et que Carlos Hernandez était le véritable assassin ».

Accéder au dossier complet de la Columbia Human Rights Review Law 

Pour vous assister en justice, des avocats :

75002 - MDMH AVOCATS - AÏDA MOUMNI - ELODIE MAUMONT - BENOIT HURET http://www.avocat-paris-02.fr
75007 - ALBERT ASSOCIES AVOCATS http://www.avocat-immobilier.eu
75008 - CABINET MAITRE INVENTAR AVOCAT http://www.avocat-paris.biz
78000 - BVK VERSAILLES 78 AVOCATS ASSOCIES AVOCAT http://www.avocat-versailles.com
78140 - BVK VELIZY 78 AVOCATS ASSOCIES http://www.avocat-velizy.com


Lien vers HaOui :
www.haoui.com
Lien vers : historique des newsletters